Organ donation.
The gift of life.

Exposé scientifique Soins palliatifs 2017

Kurt Gamper salue les participant

Je tiens tout d’abord à remercier chaleureusement Margrit Schmid-Oberlin et Carlo Brüngger, qui m’ont offert leur soutien indéfectible cette année encore et ont préparé les exposés scientifiques à Bâle et Berne. Un grand merci aussi à ma compagne Silvia, qui n’épargne ni son appui ni ses conseils et dont l’aide m’est très précieuse.

Cette année, nous avons proposé le thème « PALLIATIVE CARE » - soins palliatifs – dans trois universités (Bâle, Berne et Zurich). Nous avions bien conscience de la difficulté du thème. Mais il nous incombe aussi d’aborder des sujets délicats. Pour pouvoir comprendre les offres de soins palliatifs, il faut savoir en quoi elles consistent véritablement.

Que signifie la notion de soins palliatifs ?

Le terme palliatif, qui dérive du mot latin « pallium », désignait un manteau ample drapé

autour du corps. « Je suis en sécurité, à l’abri dans mon manteau. » 

Les soins désignent le traitement, la prévoyance, l’assistance, l’encadrement et l’attention. «

Je m’occupe de toi, tu comptes pour moi ! »

Le but est d’offrir un traitement optimal et d’améliorer la qualité de vie des patients et de leurs proches en cas de maladie grave ou dans une situation potentiellement mortelle. L’accent est mis sur l’individu avec son droit de codécision, son droit à l’autodétermination et sa dignité. Les soins palliatifs se concentrent sur les besoins globaux des patients et de leurs proches en détectant précocement les douleurs et les autres problèmes physiques, psychosociaux, socioculturels et spirituels des intéressés, en les réexaminant continuellement et en les traitant de manière appropriée. Les soins palliatifs soulagent les douleurs et les autres troubles pénibles et aident les patients à rester actifs le plus longtemps possible.

Ils veulent fournir à l’individu les moyens de ne pas se sentir impuissant et de décider de sa propre vie. Les soins palliatifs se présentent sous différentes formes : stationnaires à l’hôpital et en EMS ou ambulatoires. Les soins palliatifs requièrent un travail d’équipe. Les services de soins palliatifs organisent également à domicile le suivi du patient en fonction de ses besoins, avec les proches, les voisins, les amis, les organisations d’entraide externes comme les soins à domicile ou les services de transport. Les soins palliatifs saluent la vie et considèrent la mort comme un processus normal, sans l’accélérer ni la retarder. Ils aident les proches à gérer la maladie et le travail de deuil.

Les quatre conférenciers, Mme Heidi Dazzi, Dr med., Zurich, M. Steffen Eychmüller, Prof. Dr med., Berne, Mme Sandra Eckstein, Dr med., et Mme Silke Walter, soignante, Bâle, ont tous souligné dans leurs présentations sur les soins palliatifs l’importance des directives du patient. L’assistance a vite saisi à quel point il est difficile pour tous les intéressés d’offrir de bons soins palliatifs sans directives du patient. Les directives du patient aident tous les intéressés à raccourcir les procédures, lèvent les doutes, font gagner du temps et font office de référence et de ligne directrice pour tous.

Comment les médecins, le personnel soignant et les proches peuvent-ils intervenir s’ils ne connaissent pas les besoins des patients ? En particulier lorsque les patients ne parviennent plus à s’exprimer clairement ? C’est pourquoi il est essentiel de se pencher sur la question tant que « tout va bien ». Il faut éviter que ce soit ceux qui connaissent le moins bien les patients qui décident de leur sort dans des situations extrêmement difficiles !

Décidez avec vos proches ce dont vous voulez et ce dont vous ne voulez pas. Les gens se préparent pendant des mois à une naissance – pourquoi pas à leur propre fin ? (Prof. S. Eychmüller)

Devise de Cicely Saunders dans la vie : Ne pas donner plus de jours à la vie mais plus de vie à chaque jour.